Évaluation énergétique : tout savoir sur le CECB

mardi 15 septembre 2020 Yann Girardet

Retour à la page précédente Temps de lecture estimé : 4 min

Évaluation énergétique : tout savoir sur le CECB

Par Yann Girardet, le 15 septembre 2020

Depuis le 1er janvier 2017, toute vente d’un bien immobilier ou tout remplacement d’un système de chauffage dans le canton de Vaud doit être obligatoirement accompagné d’un Certificat Énergétique Cantonal des Bâtiments (CECB). Dans d’autres cantons, il n’est que facultatif et informatif. En quoi consiste ce document et comment l’obtenir ?

Qu’est-ce que le CECB ?

Le Certificat énergétique cantonal des bâtiments est un document réglementaire, dont le format et le contenu sont standardisés. Reconnu dans toute la Suisse, sa durée de validité est de dix ans à compter de sa date d’émission. Comme son nom le suggère, il permet de connaître la performance énergétique d’un bâtiment.

Cette performance est figurée grâce à deux étiquettes distinctes, chacune notée sur une échelle officielle de A à G. La première rend compte de l’efficacité de l’enveloppe du bâtiment ; la seconde indique l’efficacité énergétique globale. En fonction des notes obtenues, le futur propriétaire d’un bien mis en vente peut se faire une idée de ses futures dépenses de chauffage. Cela peut permettre également d’estimer la nécessité ou non de réaliser des travaux d’isolation thermique.


 

Comment le CECB est-il établi ?

La performance énergétique d’un bâtiment est établie via le CECB par un expert indépendant et agréé, dont la liste est disponible sur le site de l’association éponyme. Celui-ci effectue alors un certain nombre de mesures visant à classer ledit bâtiment selon les deux échelles vues précédemment.
 

La réalisation des mesures et la collecte des données

Une fois l’expert sélectionné, il va visiter le bâtiment concerné par la demande de CECB. Son objectif est alors de collecter l’ensemble des données nécessaires à l’établissement de son rapport. Celles-ci portent notamment sur les consommations du chauffage, d'eau chaude et d'électricité sur les trois dernières années, à condition qu’elles soient disponibles. Il réalise également un certain nombre de mesures et d’observations concernant l’installation de chauffage et le bâtiment (âge, type, surface…).
 

L’émission du rapport et des étiquettes-énergie

Grâce à une calculatrice en ligne, l’expert peut ensuite rédiger son rapport de quatre pages, comprenant notamment les deux étiquettes-énergie. La première d’entre elles, nommée « efficacité de l’enveloppe du bâtiment », correspond à la déperdition thermique de la structure. Ce critère est donc directement lié à l’isolation des murs, de la toiture, du plancher et des fenêtres, et prend en compte la présence de ponts thermiques.

La seconde étiquette, intitulée « efficacité énergétique globale », se base à la fois sur la déperdition et le type de chauffage installé. En somme, cette note privilégie les installations de chauffage modernes et les sources d’énergie renouvelables.
 

Coût et points de vigilance concernant le CECB

Les tarifs sont fixés par les cantons et dépendent de la taille du bien. Ils s’élèvent en règle générale à plusieurs centaines de francs suisses. L’établissement de plusieurs devis préalables est donc une bonne stratégie pour définir l’expert à qui cette mission sera confiée.

Lorsque le certificat est obligatoire, comme c’est le cas dans le canton de Vaud, il est important de bien anticiper sa constitution en vue d’une vente. En effet, si le résultat fait apparaître un bâtiment coûteux en chauffage, le montant de la transaction devra sans doute être révisé à la baisse pour compenser, à la fois une forte dépense énergétique pour le futur acheteur et la prévision de travaux de rénovation thermique.

Par ailleurs, dans le cas d’un appartement qui ferait partie d’un ensemble immobilier appartenant à plusieurs propriétaires, il faut savoir qu’il faut l’autorisation de l’intégralité de ces derniers pour pouvoir établir le CECB. En effet, il est primordial que le diagnostic énergétique soit établi sur l’immeuble complet et non sur un seul appartement. De ce fait, le coût du certificat sera proportionnel à la taille du bâtiment.

Bien que contraignant, l’établissement du CECB est indispensable en prévision d’une vente de bien immobilier, notamment dans le canton de Vaud où il est désormais obligatoire. Son résumé sous forme d’étiquette-énergie présente l’avantage d’une lecture facile et rapide, d’autant que ce format est déjà bien implanté dans l’esprit des consommateurs avec notamment les appareils électroménagers et les voitures.


Dites-nous ce que vous en pensez, demandez-nous ce que vous voulez.

Avez-vous vu ces articles ?