L’art subtil de la décoration : comment créer un intérieur où on ne s’ennuie pas ?

jeudi 30 janvier 2020 Isabelle Richard

Retour à la page précédente Temps de lecture estimé : 10 min

L’art subtil de la décoration : comment créer un intérieur où on ne s’ennuie pas ?

Par Isabelle Richard, le 30 janvier 2020

D’où vient le fait que certains intérieurs nous interpellent, nous surprennent, nous émerveillent, et nous donnent à la fois un sentiment agréable et harmonieux ? Plus le lieu est investi, plus on en comprend la subtilité. Des histoires sont racontées. Rien n’est évident, mais tout semble à sa place.

Parfois, c’est le contraire, rien ne se passe, il n’y a pas de surprise. La symétrie ou l’alignement sont au rendez-vous. Les éléments sont de même hauteur, ou de même couleur, ou de même matière. Il n’y a pas d’âme, c’est froid, on s’ennuie. Ou alors, au contraire, tout est démesuré, dispersé, disproportionné, tape-à-l’œil. On est fortement interpellé, voire agacé mais, paradoxalement, une fois l’effet de surprise passé, c’est à nouveau l’ennui.

Nous tentons de vous faire découvrir à travers cet article quelques clés pour créer un intérieur subtil, à la fois harmonieux et surprenant.
 

1. Une irrégularité bienvenue


Imaginez une « musique » sans rythmes, une seule et même note en continu. Que ressentez-vous ? Le concept de rythme est habituellement associé au sens de l’ouïe. Il peut toutefois être transposé aux arts visuels, et en particulier à l’architecture intérieure et la décoration. L’ennemi numéro un pour un intérieur, c’est la monotonie, qui s’installe quand le rythme est trop régulier, où lorsqu’il n’y a pas de rythme. A moins de choisir volontairement un alignement parfait ou une symétrie parfaite pour créer un concept (dans un lieu d’exposition, une galerie), ou un effet monochrome d’ordre conceptuel, il n’est pas très agréable de vivre dans un intérieur ennuyeux. A noter que la monotonie peut provenir aussi d’un acharnement à créer des surprises, avec un amoncellement d’objets excentriques ou curieux. Trop de surprise tue la surprise. Or, la monotonie est aux antipodes du mouvement de la vie. La nature nous en donne un bel exemple : elle est remplie de diversité et de nuances On parle aussi du rythme des saisons. Tout est donc question de rythme et d’équilibre.

Il existe plusieurs recettes pour créer un intérieur à la fois subtil et rythmé. En voici quelques-unes.
 

a. Le rythme par la verticalité et l’horizontalité

L’une des façons d’apporter un rythme irrégulier à un intérieur est de travailler sur la verticalité dans un aménagement trop horizontal, ou au contraire, d’apporter l’horizon dans un univers trop vertical. On voit très souvent des intérieurs où tous les éléments sont de même niveau : canapés, fauteuils, table basse, l’aménagement de l’espace crée une occupation horizontale. Tout est « à plat ». Or, il suffira d’insérer un élément plus élevé pour occuper l’espace en hauteur et briser cet effet d’horizon. Par exemple un lampadaire, des rideaux, une plante, une suspension, ou sur les murs, une toile, une photographie. A l’inverse, dans un agencement très vertical, comme par exemple dans une cuisine avec des éléments de rangement « toute hauteur », il suffira de créer une rupture en insérant un élément de hauteur inférieure, et d’apporter des éléments horizontaux à proximité. On peut aussi utiliser les diagonales. Elles sont toutefois généralement considérées comme contraires à l’art du « feng shui », car elles créent des angles convexes, ressentis comme agressifs ou intrusifs, à l’image d’une flèche.

Ce qui précède est aussi valable pour des objets décoratifs : disposer un ensemble d’objets de mêmes dimensions et de mêmes hauteurs ne raconte pas grand-chose. Ou alors, évoquera une ambiance militaire. Au contraire, alterner des objets de hauteurs ou de dimensions variables crée un rythme irrégulier bienvenu.


Ensemble d’éléments horizontaux et verticaux, de droites et de courbes. Le rythme très régulier des lignes droites verticales est rompu par des objets de formes courbes (suspension et sofa).


L’effet horizontal d’une longue table à manger est rompu par la verticalité apportée par l’élément mural décoratif et la suspension lumineuse. Sur la table, arrangement d’éléments de hauteurs et de formes variables en alternance avec une surface vierge, créant ainsi un rythme irrégulier.
 

b. Le rythme par le plein et le vide

On peut facilement imaginer combien une alternance d’objets et d’espaces vides crée un effet de rupture, alors qu’un amoncellement d’objets sans respirations sera ennuyeux et rébarbatif. Un espace vide situé entre des objets évoque une sorte de suspension, de respiration, de page blanche à écrire, de place pour du nouveau. Cela évitera la sensation d’encombrement. On peut prendre l’exemple d’une étagère surchargée d’objets, En enlevant quelques objets pour créer des respirations, l’effet est immédiat. Ce principe s’applique pour n’importe quel agencement, aménagement ou décoration.


Insertion d’un tableau d’un autre style et d’un autre âge, dans un lieu inattendu.
 

c. Le rythme par les contrastes de couleurs et de matières

Sauf en cas de recherche conceptuelle sur la monochromie, il est à éviter d’avoir un intérieur sans contrastes, sous peine d’ennui. Vous aurez peut-être déjà observé comment une table de même coloris que le sol se « noie » dans le sol, et n’a donc plus de véritable relief ou existence. De nombreux ouvrages très intéressants traitent de la couleur en décoration. Sans aller trop loin, on peut sans peine affirmer que les contrastes créent du rythme et apportent du relief. Il y a les clair-obscurs, les contrastes entre les couleurs complémentaires (bleu/orange, rouge/vert, jaune/ violet), ou les contrastes de couleur chaude/froide, pour n’en citer que quelques-uns. Concernant les nuances d’une même couleur, elles peuvent être intéressantes, à condition d’y apporter un élément contrariant qui apportera un réel contraste. Les contrastes de matières ou entre couleur et matière sont également importants. Mais Il ne faudra pas perdre de vue la règle de « 3 matières ou couleurs par espace », considérée comme fondamentale pour l’harmonie du lieu. A noter que cette règle est parfois avantageusement contournée dans des intérieurs multicolores, mais c’est un art qui demande une certaine expérience sous peine de mal de tête, et que nous ne traiterons pas ici.


Un élément de couleur rose dans un univers bleu profond.
 

2. Raconter des histoires


Un excellent moyen pour à la fois éviter l’ennui et apporter une véritable harmonie dans un espace est de créer un lien entre les différents objets d’un intérieur, à l’image d’une narration. Raconter une histoire ne sera possible que si l’on insère dans un intérieur du mobilier ou des objets décoratifs évocateurs. On passera ainsi d’un objet à l’autre en comprenant le lien entre ceux-ci. C’est à l’extrême inverse d’un intérieur totalement pratique et fonctionnel ne comprenant que du mobilier basique et linéaire. Le mobilier et les objets seront disposés ici de manière à créer un récit, l’ensemble pourra apparaître comme une image évocatrice. L’imaginaire peut alors entrer dans la danse, et la décoration dépassera le simple but d’aménagement pratique. On peut donner comme exemple les évocations de contes animaliers très souvent utilisées dans les chambres d’enfant, avec un papier peint figurant ou évoquant une forêt, la nature, et à proximité, un objet représentant un faon, un cerf. Cet exercice peut être transposé dans n’importe quel espace, pour raconter toutes sortes d’histoires, avec toutes sortes d’objets ou de mobilier, au travers d’un thème commun. Cela peut se faire de manière évidente comme dans l’exemple susmentionné, ou plus subtile.


Raconter une histoire, avec des chaises mouvantes FAMILY, un luminaire « gouttes de pluie », et un mouton qui se promène dans le décor.


Un peu de poésie sur les murs: un endroit pour rêver, la tête dans les nuages.
 

3. Détourner les objets de leur fonction première


Rien de mieux, pour créer la surprise par le biais de nos yeux et de nos cerveaux humains, que de détourner un objet de sa fonction première. Par notre éducation et nos expériences, nous avons appris que les objets ont diverses fonctions et sont créés pour remplir ces fonctions. Utiliser un objet utilitaire dans un contexte qui n’est pas le sien, ou lui apporter des variations, le modifier pour qu’il devienne purement esthétique, et l’effet de surprise est au rendez-vous. Cela provoquera à coup sûr des remarques et discussions le concernant. C’est toutefois un art subtil, et sous peine de ridicule, de grossièreté, ou d’effet raté, il devra être exercé avec l’aide d’un décorateur expérimenté dans ce domaine.


Un objet détourné de sa fonction première créant la surprise (cloche), 2 petites touches de couleur rouille insérées dans un univers composé de nuances de gris, dans une ambiance wabi-sabi.
 

4. Insérer un élément détonnant ou étonnant


On peut également, dans un intérieur très harmonieux où tout est coordonné, insérer un élément dissonant qui deviendra de ce fait très visible et créera une rupture. L’objet sera ainsi mis en vedette. Cela peut être un élément de couleur totalement différente de l’ensemble, ou de style très différent. On peut imaginer par exemple un élément courbé, dans un univers composé de lignes droites. Ou un élément ancien, dans un univers très contemporain. Ou encore un élément de couleur vive, dans un univers composé de coloris rompus et sobres.
 

5. En résumé


Bien entendu, il existe d’infinies possibilités pour créer un intérieur subtil où la décoration n’est pas ennuyeuse. Ces conseils peuvent s’adapter à toutes sortes de styles de décoration. Ce sont des pistes à suivre ou à compléter. La créativité est au rendez-vous. Les conseils avisés d’un professionnel pourront toujours vous aider à choisir les meilleures solutions pour vos espaces.

 

Par : Isabelle Richard, architecte d’intérieur, C’est du beau, www.cestdubeau.ch


Dites-nous ce que vous en pensez, demandez-nous ce que vous voulez.

Avez-vous vu ces articles ?