Mon bureau, c’est chez moi : comment créer un espace de travail agréable à domicile ?

vendredi 16 octobre 2020 Isabelle Richard

Retour à la page précédente Temps de lecture estimé : 10 min

Mon bureau, c’est chez moi : comment créer un espace de travail agréable à domicile ?

Par Isabelle Richard, le 16 octobre 2020

En ces temps de pandémie, nombreux sont les employés ou indépendants qui ont dû se créer « à la va-vite » un espace pour travailler à domicile. Le thème du travail à domicile ou télétravail a été mis en exergue lors de cette situation hors du commun, et reste plus que jamais d’actualité. Voici quelques conseils pour se sentir bien au travail, chez soi, en tout temps et en toutes circonstances.

Du calme, si possible

Dans la plupart des cas, les tâches nécessitant de la concentration seront mieux effectuées dans un espace calme, à l’abri du bruit et des sollicitations visuelles. Ainsi, dans la mesure du possible, il faudrait prévoir chez soi un espace clos (bureau), ou s’il n’est pas possible de s’isoler, bien délimiter l’espace de travail et le cloisonner visuellement et acoustiquement avec un ou des panneaux. On trouve aujourd’hui de nombreux modèles de panneaux acoustiques sur le marché, sur pied, suspendu ou intégré au bureau.


S’isoler derrière des panneaux acoustiques. Ici: paravent en feutre par Hey-Sign

Il n’est pas très indiqué de travailler dans une chambre à coucher en particulier avec un ordinateur, car il est préférable de bien séparer, physiquement et psychologiquement, son espace de repos et celui dédié au travail. Par ailleurs, les appareils électriques et à ondes électromagnétiques peuvent avoir une incidence néfaste sur les personnes électro-sensibles, en particulier la nuit. Si toutefois il n’existe pas d’autre solution pour être au calme, il faudra y installer une véritable zone adaptée aux tâches à effectuer, que l’on pourra faire disparaître visuellement à la fin de la période de travail, avec par exemple un paravent, un rideau sur rail, des rangements fermés, un secrétaire à clore (fermer), afin d’éviter que ces éléments ne soient visibles au moment du repos. Il conviendra également de mettre tous les appareils hors tension après utilisation.


Un style sobre et un bon éclairage pour avoir les idées claires, du rangement fermé et un rideau acoustique sur rail pour se protéger. Copyright. Laura Seppänen Design agency
 

Plusieurs espaces c’est idéal

Il est idéal de disposer de deux espaces pour travailler. Un espace principal clos (bureau) avec du rangement pour les tâches exigeant de la concentration, et un espace plus petit, situé proche des espaces de vie, pour les tâches exigeant peu de concentration. Cette deuxième zone permettra de veiller sur des enfants en bas âge par exemple, ou d’accéder rapidement à d’autres espaces. Il permettra également d’éviter la monotonie, de permettre une forme de nomadisme bienvenu pour bouger un peu et changer de cadre pour des tâches de routine par exemple.


Disposer d’un second espace de travail à proximité des lieux de vie pour les tâches n’exigeant pas de grande concentration. Source: instagram, Golly Yarandpour
 

Un aménagement malin

Pour les petits espaces en particulier, ou les espaces multi-fonctionnels, il existe des solutions pour intégrer un bureau ou un secrétaire dans une étagère modulable, comprenant des éléments extensibles, ou rabattables, ou à refermer. On trouve de tels systèmes sur le marché de mobilier de grande distribution (par exemple Svälnas d’Ikea), tout comme dans celui de mobilier moyen de gamme ou haut de gamme (par exemple String system ou Royal System DK3).


Intégrer un bureau dans une étagère avec les systèmes modulaires, ici Royal System DK3
 

Du rangement fonctionnel

Il est important de pouvoir ranger son matériel de bureau à proximité de la zone principale de travail. Ce rangement peut être fixe ou mobile, ouvert ou fermé, selon les besoins et la configuration de l’espace. Si on dispose d’une pièce dédiée au travail, les rangements peuvent être ouverts et fixes. En revanche, dans un espace utilisé pour d’autres fonctions, il vaudra mieux que les rangements soient fermés (afin que le matériel ne soit pas visible) et également mobiles si on dispose de peu d’espace (ce rangement pouvant être déplacé dans une autre zone à la fin du temps de travail). Les caissons sur roulettes peuvent se révéler par exemple très utiles.


Pour un second poste de travail proche des zones de vie, un bureau pliable Nubo de Ligne Roset


Pour un second poste de travail proche des zones de vie, un secrétaire intégré à une étagère, à refermer de Royal System DK3
 

Du confort

Le confort est primordial pour assurer un travail dans de bonnes conditions ergonomiques, en vue de protéger sa santé.

Pour le bureau principal: Une chaise ergonomique et du rangement fonctionnel par String System

Pour les longues journées de travail, une chaise de bureau rembourrée, à hauteur et dossier réglables, avec repose-tête et piètement sur roulettes devrait être privilégiée. Il convient de prévoir un dégagement suffisant autour de la chaise, afin de pouvoir s’y installer ou en sortir facilement. La hauteur de l’assise peut varier selon les individus. Il conviendra de veiller à ce que les jambes et les cuisses forment un angle droit et que les pieds reposent à plat sur le sol.

La hauteur idéale du plateau du bureau ou de la table de travail varie également selon la taille des individus. Une hauteur standard de 72 cm conviendra à des personnes de taille moyenne, mais devra être revue à la baisse ou à la hausse pour les personnes de plus petite ou plus grande taille. En général une hauteur entre 65 et 75 cm peut être mentionnée. Une table à hauteur réglable sera idéale si plusieurs personnes utilisent le même poste de travail.

L’espace disponible entre l’assise et le plateau de table devrait être d’en moyenne 30 cm (variable selon la taille de l’individu), le but étant de pouvoir bouger ses jambes et poser confortablement ses avant- bras sur le plateau, avant-bras et bras à angle droit, en ayant les épaules bien détendues.

La profondeur du plateau de bureau ou de table devrait être idéalement de 80 cm, sa largeur de 120 cm. Si on travaille avec un ordinateur portable, la profondeur minimale est de 50-60 cm, et avec clavier et écran séparé, de 70 à 90 cm selon la taille de l’écran.

La profondeur minimale pour disposer de suffisamment de place pour les jambes, les genoux et les pieds sous le plateau est de 50 cm. Pour ceux qui devront téléphoner et utiliser leur clavier en simultané, un kit mains libres (casque) est indispensable pour éviter des contractures cervicales.
 

Le positionnement et l’orientation de l’écran de l’ordinateur

Pour une orientation maximale, il conviendra d’installer son écran parallèlement au sens de la lumière. Cela permet d’éviter les contre-jours désagréables (si le dos de l’écran de l’ordinateur est face à la lumière) ainsi que les reflets de lumière (si l’écran de l’ordinateur est face à la lumière).

L’écran devrait être inclinable, réglable en hauteur et avec un traitement antireflets (sauf pour le travail sur photographies ou films ou un écran brillant est plus adapté). Des claviers et souris ergonomiques sont à privilégier.

La hauteur de l’écran devra être réglée de manière à avoir la nuque détendue, donc en évitant de le positionner trop haut (environ 30 degrés en-dessous du regard horizontal). Le regard devrait se positionner naturellement au milieu de l’écran.

Les ordinateurs portables sans accessoires externes (clavier, souris, écran) entraînent généralement de mauvaises postures et ne devraient pas être utilisés plus que 2 heures par jour.
 

L’éclairage, naturel et artificiel

Un bon éclairage est essentiel pour pouvoir travailler sans endommager sa vue. De jour, un éclairage naturel est idéal, en se positionnant parallèlement au sens de la lumière, ceci pour éviter d’être ébloui (face à la lumière) ou au contraire à l’ombre de son propre corps (dos à la lumière). Lorsqu’il fait plus sombre, un éclairage central à la fois doux et chaud, et en appoint une lampe de bureau à poser à proximité de la zone de travail sont à prévoir pour un éclairage optimal. Le but de l’éclairage d’appoint est d’éviter un effet d’ombre -de son propre corps- selon l’implantation de l’éclairage central.

L’intensité lumineuse de l’éclairage doit être la plus homogène possible sur le plan de travail.
 

Le style et les couleurs

Le style de l’espace de travail est à adapter selon les goûts de chacun, en privilégiant toutefois le confort et le fonctionnalisme. Un environnement surchargé n’étant pas propice à une bonne concentration, il conviendra de rester sobre. Les couleurs de la zone de travail seront à adapter selon l’orientation de la pièce (par exemple au nord, les coloris chauds sont à privilégier). Il est généralement considéré que les coloris et matières froides (bleu, vert, gris, verre, métal) apaisent et refroidissent, et que les coloris ou matières chaudes (rouge, orange, jaune, bois) vivifient ou réchauffent. A ce sujet, le choix des couleurs et matières dépendra donc des besoins personnels de chacun. Une touche végétale sera bienvenue pour un apport en oxygène et un effet anti-stress, à condition toutefois d’aimer en prendre soin.
 

Faire des pauses, bouger, ranger, éteindre en sortant

Tout comme au travail à l’extérieur, il est important de se fixer des horaires réguliers, et s’accorder des pauses. Se lever régulièrement, bouger, s’étirer est également très important pour la circulation sanguine, la santé du dos et celle des articulations en général.

Une fois le temps de travail terminé, il convient de quitter la zone de travail après avoir rangé les ordinateurs portables, dossiers et accessoires de bureau dans un meuble de rangement fermé, en particulier si la zone de travail est située dans un espace ayant d’autres fonctions, ceci afin de pouvoir clore cette période et ne plus y penser.

Si la zone de travail est située dans une chambre à coucher, il faudra prendre soin d’éteindre les appareils électriques, le wi-fi, et faire disparaître autant que possible cette zone visuellement (conseils pour y parvenir voir lettre A ci-dessus), afin de pouvoir bénéficier d’une période de repos sans rappel visuel sur les tâches de travail.


Utiliser des panneaux acoustiques intégrés au bureau pour se protéger phoniquement, Adam Goodrum par Cult

Par : Isabelle Richard, architecte d’intérieur, C’est du beau, www.cestdubeau.ch


Dites-nous ce que vous en pensez, demandez-nous ce que vous voulez.

Avez-vous vu ces articles ?